spanner Recherche Produits
chevron-down

Bougies de préchauffage et dépollution

Les moteurs modernes doivent se conformer à des normes environnementales de plus en plus strictes. Ils doivent sans cesse être plus performants tout en réduisant la consommation de carburant et les émissions polluantes. Plusieurs éléments présents dans le moteur participent à la réduction des émissions nocives, les bougies d’allumage et de préchauffage en font partie. Quel est le rôle des bougies de préchauffage dans le système de dépollution ? Nous allons répondre à cette question dans cet article et étudier les différents systèmes de dépollution existants sur les véhicules récents.

Bougie de préchauffage et dépollution : maintenir la température optimale

La bougie de préchauffage joue un rôle primordial dans la dépollution. Après le démarrage, lorsque le véhicule roule, elle continue de produire de la température pendant 180 secondes maximum, afin de réduire les émissions polluantes.

Les contraintes liées aux bougies de préchauffage concernant la protection de l’environnement ont augmenté de manière drastique ces dernières années. Afin de répondre aux normes en vigueur (EURO 6), les bougies doivent « post-chauffer », c’est-à-dire maintenir la température optimale de fonctionnement pendant les premiers kilomètres de conduite, jusqu’à ce que le moteur soit chaud. Ce procédé permet un fonctionnement efficace du moteur et une baisse significative des émissions de gaz nocifs.

Si une ou plusieurs bougies de préchauffage ne fonctionnent plus, la température optimale ne permet pas une dépollution conforme au cahier des charges du constructeur.

 

Quels sont les autres éléments moteur importants dans le système de dépollution ?

 

La vanne EGR : tout doit brûler

La vanne EGR est obligatoire sur les moteurs Diesel récents qui doivent respecter les normes antipollution européennes. Elle permet de réduire les émissions de gaz nocifs. Il s’agit d’une pièce à clapet qui redirige vers l’injection les gaz d’échappement qui n’ont pas brûlé, dans le cas par exemple d’un moteur qui tourne à bas régime ou au ralenti. Ces gaz sont ainsi brûlés une deuxième fois au lieu d’être rejetés dans l’atmosphère.

 

Catalyseur et sondes lambda : un piège et deux sentinelles contre les éléments nocifs

Pour respecter les normes EURO imposant aux constructeurs des limites strictes aux niveaux d’émissions polluantes, les véhicules sont équipés depuis les années 1990 d’un catalyseur, appelé également pot catalytique, et de sondes à oxygène, appelées plus communément sondes lambda.

Le catalyseur est un organe du moteur permettant de transformer, grâce à une réaction chimique, les éléments toxiques des gaz d’échappement en éléments moins dangereux.

Une première sonde lambda placée en amont du catalyseur permet un contrôle précis du mélange air/carburant. Une deuxième sonde lambda dite de « diagnostic » est placée en aval pour mesurer le taux d’oxygène des gaz d’échappement en sortie du catalyseur.

 

Filtre à particules ou FAP : un barrage filtrant contre les particules fines

Situé après le catalyseur, le filtre à particules, appelé également FAP, joue un rôle très important dans le système de dépollution. Il est utilisé pour filtrer les particules microscopiques de carbone émises par les moteurs, qu’ils soient diesel ou essence. Cet équipement a été développé et lancé en 2000 par Peugeot dont le parc diesel était alors très important. Le filtre à particules est désormais présent sur toutes les marques de véhicules.

 

Contrôle technique : comment passer le test anti-pollution avec succès ?

Le test anti-pollution est une étape importante du contrôle technique. Si le test est négatif, il y a obligation de réparation et le véhicule doit faire l’objet d’une contre-visite.

Un moteur mal entretenu consomme plus de carburant, émet plus de gaz polluants et s’use plus rapidement. Pour passer sans encombre le test anti-pollution du contrôle technique, les vérifications concernent les pièces liées à la carburation, l’injection et, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, la ligne d’allumage.

Avant de passer le contrôle technique, pour garantir un système d’allumage optimisé, il est donc recommandé de vérifier les bougies de préchauffage de votre véhicule ainsi que les sondes lambda.

 

Adapter sa conduite : une bonne astuce pour polluer moins

Pour polluer moins, il faut d’abord et avant tout entretenir son véhicule régulièrement. Mais il existe également une autre solution, très simple et très peu onéreuse : adapter sa conduite. 

Une conduite souple et respectant les limites de vitesse permet non seulement de rouler en sécurité mais aussi et surtout, c’est une des meilleures solutions pour réduire la consommation de carburant, et par conséquent pour réduire l’émission de gaz polluants.

Pour aller plus loin

NGK Spark Plug est aujourd'hui le spécialiste et n°1 mondial en allumage et capteurs. Mondialement reconnu pour son expertise et son savoir-faire en matière d’innovation technologique, NGK Spark Plug est devenu au fil des années la référence auprès des constructeurs, des distributeurs et des réparateurs dans l’univers automobile, deux roues, motoculture et marine.

Nous sommes spécialisés en produits d’allumage et capteurs, et notamment en deux éléments-clés permettant de respecter les normes anti-pollution : les bougies de préchauffage et les sondes Lambda.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre site web avec ces liens :

Bougies de préchauffage : résistivité extrême

Sonde lambda : un rôle décisif dans la dépollution des véhicules

et également notre site de formation technique en ligne : TekniWiki